En ligne (connectés) : 0 38

Affaire CNRD et Umaru Cissoko Embalo : « J'aurais bien accepté que le CNRD, le Colonel Amara use d'un ton impératif ! Mais que le premier ministre use de la diplomatie » (Dr Ben Youssouf Keita)

dr-ben-youssouf

C'est au cours d'un entretien avec nos confrères de RFI et France 24 que le président en exercice de la CEDEAO Umaru Cissoko Embalo a précisé que la CEDEAO n'acceptera pas les 36 mois comme délai de la transition en Guinée. Cette sortie du président en exercice de la CEDEAO à suscité une colère noire chez le CNRD et son gouvernement. D'où les différentes répliques du porte parole de la présidence colonel Amara Camara, le premier ministre Bernard Goumou et Ousmane Gaoual Diallo porte parole du gouvernement.  Beaucoup d'acteurs sociopolitiques condamnent la manière. C'est le cas de Dr Ben Youssouf Keita, le président de l'alliance pour le changement et le progrès ACP qui condamne les répliques du porte parole de la présidence colonel Amara Camara et le premier ministre Bernard Goumou au président en exercice de la CEDEAO. Dr Ben Youssouf Keita

« Ne souhaite pas voir la Guinée isolée en cette période exceptionnelle ».

Il demande au CNRD et son gouvernement de transition de mettre la balle à terre  pour la bonne marche de la transition guinéenne.

«  Il faudra toujours qu'il y ait des paroles d'apaisement. D'ex personnes en conflit ne doivent pas avoir des paroles violentes. Parce que ça finira par l'affrontement. Mais ça,  personne ne gagnera. Moi je me dis, s le président Embalo qui a parlé au de la CEDEAO et dont la Guinée est membre fondateur, quelque soit le ton qu'il a utilisé,  nous, nous ne devrions pas le répondre de cette manière » a expliqué Dr Ben Youssouf Keita.

Beaucoup estiment que le premier ministre Bernard Goumou devrait se mettre au dessus de la mêlé  pour apaiser les tensions mais en vain.

« J'aurais bien accepté que le CNRD, le Colonel Amara use d'un ton impératif ! Mais que le premier ministre use de la diplomatie. Donc si nos dirigeants qui ont nos destinées en main sont sanctionnés, obligatoirement les sanctions rejaillirons sur nous autres la population » a-t-il lancé.

Ce bras de fer qui commence entre le CNRD et la CEDEAO intervient au moment où le médiateur Boni Yayi vient de quitter Conakry et le président de la transition a créé un cadre de dialogue inclusif pour désamorcer la crise guinéenne. Le président du parti alliance pour le changement et le progrès demande aux autorités de  la transition de mettre la balle à terre pour atteindre leurs objectifs.

 

«  Nous avons eu trois transitions. Souhaitons que ce soit la dernière transition. Nous savons comment ces deux dernières transitions sont arrivées (...) E pour cette raison mettons balle à terre, entendons nous (...) » a invité le président du parti ACP.

Si rien n'est fait dans un bref délai, les sanctions lourdes et progressives annoncées par la CEDEAO seront appliquées dans les jours et mois à venir. Et Selon les informations la liste des autorités de la transition guinéenne a été élaborée par la CEDEAO et tous ceux qui s'y retrouvent sur cette liste noire,  sont interdits de sortir du pays et leurs avoirs gelés.

 

 

Kadiatou Barry pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos