En ligne (connectés) : 0 43

Tentative d’arrestation d’Abdoulaye Bah : Le ministre balaie d’un revers de main la déclaration de l’UFDG

matd-joachim-baba

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation s’est exprimé sur la soit disante tentative d’arrestation de Abdoulaye Bah du parti de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. Il l’a fait savoir quelques minutes après l’intervention du coordinateur nationale de la communication dudit parti sur les ondes de nos confrères du groupe fréquence media, dans l’émission MIRADOR.

Dans son intervention sur cette situation qu’il qualifie de tentative d’arrestation ce dimanche au niveau de la frontière entre la Guinée et le Sénégal, Joachim Baba Milimouno réitère « ils ont tenté de l’arrêter, mais nous ne savons pour quelles cause. »

Des minutes après, le ministre en charge du territoire et de la décentralisation, réplique avec des preuves qu’il aurait échangé avec Abdoulaye Bah le jour ou l’acte s’est produit.

Il balaie d’un revers de main les propos de Joachim,

« Je pense que c’est quand même regrettable que des personnalités au compte d’une formation politique, comme la trempe de l’UFDG puisse se permettre de se prononcer sur un sujet dont il n’a pas la maitrise. En l’écoutant même, vous aller sentir  qu’il n’a aucune maitrise de cette situation. Abdoulaye Bah citoyen guinéen se rendait à Dakar avec son papa malade et le chauffeur à bord d’un véhicule immatriculé RC, certainement le frère Joachim n’a pas tout les détails. Pour se rendre dans un pays de la CEDEAO, c’est très claire, lorsque vous avez un véhicule immatriculé RC, MD du Mali ou RS du Sénégal et que vous devez vous rendre dans un pays de la CEDEAO, le principe de libre circulation des personnes et de leur biens recommande que : les citoyens de la CEDEAO soient munis d’un laissé passé et ces laissés sont délivrés par les douanes. Il ya une tarification douanière, des recettes qui sont prélevées au niveau des douanes de chaque  pays membre de la CEDEAO qui servent de contribution », a expliqué Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation.

Poursuivant, le ministre Mory Condé s’est donné la peine de revenir sur le film des échanges entre Mr Abdoulaye Bah et les agents postés à la frontière guinéenne.

Il affirme ceci :

« Mr Abdoulaye Bah est arrivé au poste de contrôle de Boundoufoudou avec un laissé passé délivré par la police régionale de Kindia. Je suis formelle la dessus, parce que j’ai eu a échangé avec lui. Lorsqu’il est arrivé, le papa étant malade, il a 81 ans. Les agents se sont passé de bien vérifier toute la documentation, au moment ou les agents étaient entrain de dire à Abdoulaye Bah de continuer et de bénir pour l’état de santé du papa, tout de suite il ya un agent de la police qui a demander de revoir le document et cela à énervé Abdoulaye Bah. Lorsque cet agent à regarder il a trouvé que les doutes qu’il avait étaient fondés, les documents dont détenais Mr Abdoulaye Bah étaient un document délivré par la police régionale de Kindia. Il a demandé ainsi au chauffeur de retourner s’asseoir, de discussion en discussion Mr Abdoulaye ne voulait pas se soumettre (…). Le document dont vous détenez n’est valable que lorsque qu’un citoyen qui s’est fait saisir des documents de son véhicule par des policiers en Guinée ou il a perdu des pièces de son véhicule, la police peut délivrer un laissé passé lui permettant de circuler en attendant de régularisé les pièces de son engin (…)» explique-il.

Pour le chef du département de l’administration du territoire, Mr Abdoulaye Bah n’est nullement sur la liste des personnes rechercher par les autorités de la transition.

 

Morciré Camara pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos