En ligne (connectés) : 0 23

TalentsD'avenir : A la rencontre de Kadiatou Sow, une professionnelle en santé publique dans les pays en développement (Interview)

kadi-sow

Kadiatou Sow est diplômée en Master 2 Santé publique, société et développement à l’université d’AIX Marseille. Elle est consultante en santé publique, plus spécifiquement dans le renforcement du système de santé dans les pays en développement et la santé sexuelle et reproductive.

Parallèlement, elle est la directrice adjointe à Corporate Global Média & Négoce publicateur du Magazine Panafrican Bilingual Corporates.

Elle a reçu en entretien notre redaction 224infos dans la rubrique TalentsD'avenir où vous allez découvrir qui est cette jeune dame compétente et engagée pour les autres avec un grand coeur.

224infos : Bonjour, merci d'avoir accepté l'invitation. Dites-nous en quelques mots qui est Kadiatou Sow et un rappel sur votre parcours ?

KS : Bonjour, Merci pour l'invitation et c'est un plaisir pour moi de vous recevoir.

Qui suis-je ? Alors peut etre qu'en rappelant un petit peu mon parcours vous aurez une petite idée de ma personne.

J’ai fait ma formation médicale à la faculté de médecine de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry avant de partir en France en 2010 pour continuer mes études de médecine à l’université de Lille 2, puis une spécialisation en Santé Publique Société et Développement à Aix-Marseille Université.

Cette nouvelle aventure à Marseille m’a donné une opportunité d’obtenir deux autres diplômes, l’un en sciences sanitaires et sociales à l’université des sciences et technologies de Saint Jérôme, et l’autre en délégué pharmaceutique.

Pour mon parcours professionnel, de stagiaire à consultante en santé publique, j’ai occupé de nombreuses fonctions dans diverses institutions publiques et privées.

J’ai été stagiaire à la Mairie de Lille au Service Santé.

Peu de temps après mon stage, j’ai intégré le Projet de la Mairie axé sur l’intégration des femmes immigrées et les demandeurs d’asile de France, Belgique, et Italie. Une expérience qui m’a permise de me rendre à Turin, en Italie en 2011 afin d’approfondir la problématique de l’immigration. Au terme de cet engagement, j’ai effectué en 2013 un Stage au poste d’Assistant Qualité au sein de Triselec à Lille.

En 2017 J’ai été conseillère multimédia à Cerrticall (Free télécom) à Marseille, puis en 2018 Conseillère multimédia à Pro-direct Marseille au compte de L’AG2R la Mondiale. Dans la même année j’ai été Conseillère en Prévention au Crous d’AIX Marseille.

kadi-sow-office

A cette étape de ma carrière, le besoin d’une formation linguistique en Anglais s’imposa. Elle s’est concrétisée par un séjour linguistique en Irlande.

De Janvier à Juin 2019 j’ai été Assistante Recherche et Formation au Programme antituberculeux de la Guinée. Il s’agissait d’évaluer l’impact du virus Ebola sur les activités de surveillance de la tuberculeuse.

De Septembre à Décembre 2019, j’ai assumé la responsabilité de Cheffe de projet au Ghana (Accra), Togo (Lomé), Bénin (Cotonou) à Corporate Global Média &Négoce, Représentante de Panafrican Bilingual Corporates Magazine en France et au Ghana aussi coordinatrice générale des représentations et branches dans une trentaine de pays dans le monde.

Depuis le début d'année 2020, je suis Consultante santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes à l’Organisation Ouest Africaine de santé (OOAS) en Guinée (CEDEAO).

Cette expérience active m'a permis de réjoindre en tant que Consultante (depuis mai dernier) à Leadership Jeune Pour la Paix et le Développement En Afrique – Guinée sur les questions de Genre.

224infos : Bravo pour cet excellent parcours très riche en action. Vous êtes également une femme d'action dans le combat contre le virus COVID-19, comment vous vivez cette crise sanitaire ?

KS : Cette crise sanitaire a eu un impact sur toutes les activités dans les domaines socio-culturel, économique, politique et sanitaire. Je la vie au quotidien tout comme mes concitoyens guinéens.

Le respect des mesures barrières à la maison et en dehors sont de rigueur. Un changement total dans nos habitudes de vie que nous adaptons aux exigences de la Crise. Mais on n’a pas le choix il faut faire avec, comme on le dit, mieux vaut prévenir que guérir.

Au quotidien, je sensibilise mon entourage sur les modes de transmission et de prévention de la COVID-19 et je profite de cette période de confinement ou état d’urgence sanitaire pour discuter de la santé sexuelle et reproductive avec les jeunes et adolescents à travers divers panels d'echanges occasionnels.

224 infos : Au-delà de votre profession de consultante santé publique, avez-vous d'autres activités, pouvez-vous nous en dire plus ?

KS : Au-delà de ma profession de Consultante, je suis directrice adjointe à Corporate Global Média & Négoce qui est aussi un cabinet d’experts en valorisation du capital humain, en communication de développement, en relations publiques, en marketing et en développement durable.

Corporate Global Média & Négoce accompagne les entreprises, les leaders Africains de tous horizons à mieux impacter la communauté, les booster et surtout soigner leur image de marque.

Également Publicateur du Panafrican Bilingual Corporates Magazine, une société de médias bilingue (Français anglais), avec des représentations et branches dans une vingtaine de pays dans le monde.

Ma responsabilité de Gestion du personnel de ce corporate exige de coordonner les actions auprès des Institutions, partenaires et des représentations.

224infos : Comment les femmes du secteur informel gèrent-elles cette crise ? Quel message lancez-vous en leur faveur ?

kadi-sow-stand KS : A l’instar d’autres pays, la part des femmes menant des activités informelles est plus élevée en Guinée que les hommes.

Avec des collègues on est entrain de mettre en place une ONG,  Un cabinet de consultance pour mieux les accompagner.

Je félicite ces braves femmes, ce sont des femmes battantes et courageuses qui ne reculent devant rien. Quand je vois ces femmes à 5h du matin déjà sur pieds pour aller chercher de quoi nourrir leurs Familles même pendant cette crise sanitaire et ses recommandations du confinement, je ne peux que m’incliner avec tout le respect devant leurs bravoures.

En plus de les encourager, je les demanderai de continuer à respecter les gestes barrières en cette période de crise sanitaire car elles sont en première ligne en contact avec plusieurs personnes durant toute la journée.

224infos : En tant que professionnelle de la santé, de façon générale quelle est votre message de sensibilisation au peuple de Guinée  ?

KS : Il n’y a d’espérance à construire que dans la clarté, la sensibilisation, la pédagogie et le rappel constat à la Prévention. Il ne fait aucun doute que la Covid-19 existe et c’est une maladie contagieuse dont le mode de transmission est contrôlable par les mesures énoncées par les autorités sanitaires.

Je veux simplement rappeler les consignes des autorités sanitaires à savoir laver plusieurs fois les mains, éviter les salutations avec la main, garder des distances raisonnables en situation de conversation.

Il ne s’agit pas non plus de freiner les activités mais de prendre de nouvelles habitudes dans les situations d’échanges. Nous devons apprendre à vivre et à travailler avec la Covid-19.

Elle ne doit pas non plus faire de l’ombre aux réalités et souffrances des populations face aux autres maladies comme le paludisme, la tuberculose, le cancer, etc. qui continuent d’être fatales pour de nombreuses personnes.

224infos : Un dernier message pour conclure cet entretien ?

KS : J’exhorte toutes les femmes à continuer le combat pour l’atteinte de leurs objectifs quelques soient les difficultés qui font jour. Si on sait ce qu’on veut et ce qu’on vaut, le discernement l’emporte. Ne vous décourager surtout pas.

Ne vous laissez pas intimider, restez positives et ayez confiance en vous et à ce que vous faites, C’est la première condition pour se réaliser.

Ça n’a pas été facile pour moi croyez moi. J’avais un objectif à atteindre et je m’y suis consacrée pleinement. Vous rencontrerez des gens qui vont vous déstabiliser, qui vous diront des choses que vous n’avez pas envie d’entendre, du genre « tu n’as toujours pas fini d’étudier, ou qui vous diront quelles études tu es entrain de faire jusqu’à présent ».

Je vous rassure ce sont des choses qui n’encouragent pas, car dès que vous êtes seule chez vous ça vous travaille et vous vous posez des questions en vous disant est-ce que j’ai fait le bon choix ?

Sachez que le bon choix c’est votre travail acharné et vous serez fière de vous à la fin. Entourez-vous des gens positifs et soyez fortes.

Respectons les gestes barrières.

Je vous remercie pour l’opportunité qui m’a été offerte en m’exprimant à travers votre média 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos