En ligne (connectés) : 0 32

Événements douloureux du 28 septembre 2009 : « ...j’étais au stade, j’ai couvert cet événement qui était périlleux, difficile… » (Amadou Diallo)

stade-28-septembre

Le 28 septembre 2009, la Guinée  a enregistré d'énormes pertes en vie humaine, suite au massacre qui a eu lieu stade du même nom.

Invité ce vendredi chez nos confrères de FIM FM, Amadou Diallo révèle être présent au stade du 28 septembre, le jour du drame dans le cadre du travail.

« Il est vrai que le 28 septembre 2009, j’étais au stade, j’ai couvert cet événement qui était périlleux, difficile. Mais, par la grâce de Dieu, je m’en suis bien sorti. Effectivement après, ça m’a valu de partir travailler à Dakar, parce que j’étais menacé, la garde présidentielle, à cause du reportage que j’avais fait, les tirs qu’on entendait, ça a dû déranger. Ils se sont dit, c’est un témoin gênant, il faut le neutraliser, et évidemment pendant un mois, j’étais dans la clandestinité avant que la BBC ne décide de me faire partir à Dakar ; et il se trouvait par coïncidence, que le service français de la BBC devait être délocalisé à Dakar. Donc, je suis allé, j’ai couvert l’actualité guinéenne de Dakar pendant 4 à 5 mois avant que le bureau ne commence à fonctionner et que je parte travailler au sein de l’équipe » a t-il confié.

Le 28 septembre 2022, le procès sur ces événements malheureux,  a débuté au tribunal de première instance de Dixinn, délocalisé dans l’enceinte de la cour d’appel de Conakry (ad'hoc).  Interrogé sur un éventuel témoignage, Amadou Diallo répond:

« J’étais au stade, j’ai vu des choses. Bon, chacun peut dire sa part de vérité en ce qui concerne cet événement, parce que personne ne peut vous dire exactement avec précision tout ce qui s’est passé au stade ce jour-là. Étant donné que lorsque ça tire, vous êtes des civils vous ne cherchez plus qu’à vous sauver. Mais, pour le moment, je ne suis pas cité, je suis concerné par ce procès comme tous les guinéens. Pour l’instant, le tribunal n’a pas besoin de moi » dit-il.

Pour l'heure, le procès des massacres du 28 septembre 2009, se poursuit avec l'interrogatoire des accusés.

 

Kadiatou Barry pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos