En ligne (connectés) : 0 26

Interdiction du jus 24h : L’opérateur appelé à dédommager les commerçants.

jus-24h

Suite à la décision de l’Office National du Contrôle de Qualité(ONCQ) émanant Contrôle des Denrées, Marchandise et Service Alimentaires et Répression des fraude Commerciales, le dernier lot des produits énergétique “24h” ont été interdits de consommation et commercialisation sur le marché guinéen.

A travers une conférence, ce Samedi 21janvier, le directeur Mohamed Kadiatou Sylla motive cette décision par le danger que celui-ci procure aux consommateurs dû à un excès d’acidité détecté sur l’analyse de ces boissons.

« ce produit impropre à la consommation et saisi à la Société American Beverages (SABEV) Sarl, a, après plusieurs analyses, représenté 6,7%, un taux d’acidité supérieur à la norme internationale qui est de 6%» raisonne t’il.

L’opération de saisi de ces produits étant une opération urgente enclenchée par ONCQ, Mohamed Kadiatou Sylla estime que cette perte des commerçants sera dédommagée par l’opération mis en question sous l’instruction du ministère.

« Madame la ministre m’a instruit d’élargir au directeur national de l’industrie, celui du commerce intérieur et de la concurrence. Qui parle de commerce parle de ces directions. Dans le processus de vérification standard, on a ce qu’on appelle la notification de saisi conservatoire. C’est un document que nous mettons à la disposition du commerçant dans ce cas d’espèce. Instruction a donnée à tous les inspecteurs et contrôleurs sur le terrain. Chaque lot identifié, qu’on fasse une notification conservatoire. Ce document prend en compte l’adresse complète de l’opérateur. Son numéro de téléphone, le lieu d’indication géographique. Tous ces documents seront collectés par commune et par préfecture. Et comme je l’ai tantôt dis, l’opérateur depuis que l’affaire a commencé, a toujours montré la bonne foi. Nous en sommes sûrs que le procès qui va être mis en place, une solution sera trouvée là-dessus. Parce que vous êtes tous d’accord avec moi, que ce n’est nullement pas la faute du commerçant. C’est une maladie qui est détectée et il faut qu’on assume et l’opérateur sera obligé de prendre en compte, tout ce qui va tomber comme risque»rassure Mohamed Kadiatou Sylla, directeur de l’ONCQ.

jus-24h-responsable

Le Directeur s’engage :

« Aucun lot de produits ne sera sur le marché guinéen, sans être analysé pour le bien des consommateurs».

Mariame Cisse pour 224Infos


A propos de l'auteur :

224infos