En ligne (connectés) : 0 26

Siguiri : Un bébé de 48 heures empoisonné à Kinienkoura...

bebe-empoisonne-siguiri

Un bébé de 48 heures vient d'être empoisonné dans le district de Kinienkoura, relevant de la préfecture de Siguiri. Selon les informations recueillies auprès des médecins, dame Djeneba Traoré, une femme mariée, mère de plusieurs enfants et âgée d'une vingtaine d'années, est mise en cause dans cette affaire d'empoisonnement d'un nouveau-né âgé de seulement 48 heures.

Le Dr. Abdoulaye Bachir Condé, médecin d'appui au service des urgences à l'hôpital préfectoral de Siguiri, revient sur les circonstances troublantes de cet incident.

« la femme accusée de ce crime odieux est Djènèba Traoré. Nous avons enquêté sur le lien entre Djènèba et la mère du bébé décédé, Mariétou Traoré, et il semble qu'il n'y avait pas de lien étroit entre elles. Au contraire, une rivalité intense semblait exister. Environ 48 heures après l'accouchement de Mariétou, Djènèba a refusé d'aider à la maison. Mariétou a donc décidé de partir se laver, mais elle a demandé à son enfant de 5 à 6 ans de surveiller le nouveau-né. Pendant son absence, Djènèba, accusée du crime, est venue chercher l'aîné en lui demandant d'acheter des articles, laissant le bébé sans surveillance. À son retour, le frère a fait la découverte tragique que le nourrisson était décédé. Quand on n'a demandé la dame  accusée,  elle a d'abord accusé sa propre  fille de 4 ans, en disant  que c'est sa fille qui a administré  cette substance chimique à l'enfant.»

Le Dr. Abdoulaye Bachir Condé poursuit en révélant que la femme accusée a finalement avoué avoir administré le poison.

« Au fil des interrogatoires, la dame a avoué avoir donné le poison et a exprimé des regrets. Ce qui est troublant, c'est que l'enfant présentait des signes de changement de couleur de peau et des brûlures à la bouche, probablement causées par des produits nocifs. Suite à des enquêtes minutieuses, les enquêteurs ont découvert des traces du poison dans la chambre de Djènèba, ainsi que l'odeur du poison sur la bouche de l'enfant. Tous ces éléments indiquent une mort suspecte.»

Finalement, les autorités compétentes ont pris des mesures pour arrêter la femme accusée dans cette affaire.

Facely Sanoh pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos