En ligne (connectés) : 0 42

Maternité de l’hôpital Ignace Deen : les patientes déboursent 1000 GNF, pour se mettre à l’aise (constat)

hopital-maternite-IGNACE-DEEN

Au bloc maternité de l’hôpital Ignace Deen, situé à Kaloum, les patientes, et les parents qui les accompagnent, sont obligés de payer 1000 GNF, pour avoir accès aux toilettes, a-t-on constaté, ce lundi 09 avril 2019, dans les locaux de cet établissement sanitaire.

Une réalité qui n’est pas du goût de certaines malades, qui séjournent dans ce bloc, pour l’accouchement ou pour d’autres soins de santé.

« Si à chaque fois que tu dois aller aux toilettes, il te faut payer 1000 GNF, pour nous les femmes malades, ça devient très difficile. Je n’ai pas aimé cette façon de traiter les femmes. Il y a des gens parmi nous, qui ont du mal à supporter les frais pour les soins, quand on te dit encore de payer l’argent quand tu dois aller aux toilettes, ça c’est autre chose », a expliqué une jeune femme, assise dans son lit de malade qui a préféré garder l’anonymat.

Même inquiétude exprimée par Ibrahim Barry, qui rendait visite à sa fille, qui venait d’accoucher quand on le rencontrait.

Selon lui, les frais de 1000 GNF, pour avoir accès aux toilettes dans ce bloc, sont à l’encontre l’éthique et la déontologie.

« L’Etat doit protéger ces malades qui sont en quête de soins. L’accès aux toilettes, doit être gratuit pour ces patientes. Faire le contraire est immoral », s’est-il indigné à quelques 100 mètres des toilettes en question.

Il poursuit qu’après l’accouchement, certaines femmes ont régulièrement besoin d’aller aux toilettes, sur un ton émouvant.

Il faut noter que plusieurs toilettes se trouvant au 1er étage du bloc maternité, restent cadenassées, et des patientes sont obligées de descendre au rez-de chaussée, pour trouver d’autres “WC”, a-t-on constaté.

Enfin, un responsable de cet hôpital interrogé sur ces cris de cœur et ras-le-bol des patientes, reconnait que les patientes paient la somme de 1000 GNF, pour avoir accès aux toilettes.

Aux dires de ce responsable qui a requis l’anonymat, c’est une mesure qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’hôpital et une société de la place, pour un bon entretien desdites toilettes.

// mosaiqueguinee


A propos de l'auteur :

224infos