En ligne (connectés) : 0 21

Sécurité routière : Un agent indélicat et accusé de racket, présenté à la presse ce jeudi

Ifono

Un agent jugé indélicat accusé de rackette sur les citoyens a été présenté ce jeudi, 5 septembre 2019 au ministère de la sécurité et de la protection civile. Adjudant Yomba ifono est accusé de racket sur les citoyens.

C’est un adjudant du nom de Yomba Ifono qui a été arrêté par sa hiérarchie. L’agent de police est accusé de racket sur un citoyen qui a interpellé le ministre Keira qui, à son tour, a instruit à sa hiérarchie son arrestation.

Commissaire divisionnaire Zakaria Camara,  directeur central de la sécurité routière revient sur les circonstances de l’interpellation de Yomba Ifono.

« hier nous étions  entrain d’effectuer une ronde au niveau des différentes intersections de la ville de Conakry, mon adjoint et moi nous avions été appelé par le chef de département qu’un agent qui se trouvait au  niveau de Lambandji aurait arrêté un usagé de la route  et qu’il est entrain de racketter. Immédiatement j’ai dit à monsieur le ministre que je suis vers 36 et que je vais me rendre sur les lieux prendre l’agent et le déposer au niveau de  la direction centrales c’est ce qui fut fait. L’agent a été conduit sans tarder je lui ai  conduit à la CMIS pour être écroué », a expliqué Commissaire divisionnaire Zakaria Camara.

Zakaria

A son tour, Adjudant Yomba Ifono rejette en bloc les accusations de racket dont il fait l’objet. Il indique avoir agit dans les règles de l’art.

« Hier j’ai interpellé un chauffeur qui n’a pas mis la ceinture de sécurité. Il a garé la voiture. J’ai demandé les documents il m’a remis les documents. J’ai regardé les documents son permis n’est pas signé. Je lui ai dit Mr Doumbouya votre permis n’est pas signé. Il dit vraiment j’ai oublié pardonnez moi. Je lui ai dit prochainement quand tu vas pour chercher le permis il faut signer. J’ai pris les documents je lui ai donné…j’ai rien pris avec lui », souligne Adjudant Yomba Ifono.

Selon le  directeur central de la police routière, l’agent sera transmis devant l‘inspection générale pour des fins d’enquête.

« A partir d’aujourd’hui il sera mis à la disposition de l’inspection générale. Nous avons une inspection générale qui est là pour corriger les gens. Et si l’inspection générale aussi fini son travail certainement il va passer au conseil de discipline », dit Commissaire divisionnaire Zakaria Camara.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos