En ligne (connectés) : 0 31

FNDC/Dr Ibrahima Sory Diallo « Nous réitérons toujours appartenir au FNDC »

Opposition

Les membres de l’opposition républicaine et  du front national pour la défense de la Constitution reçus par le premier ministre, Chef du gouvernement étaient devant la presse ce jeudi, 19 septembre 2019 pour expliquer les raisons de leur participation aux consultations sur l’organisation des élections législatives et la mise en place de la nouvelle constitution. Une démarche qui n’a pas été appréciée par les membres du FNDC qui ont décidé de les exclure.

Le premier Ministre, chef du gouvernement Dr Ibrahima Kassory Fofana a reçu certains membres de l’opposition républicaine.  Il s’agit du RRD, du ADC-BOC… ces partis ont étaient venus discutés avec Kassory sur l’organisation des élections législatives mais selon eux aucune discussion n’a accès sur la mise en place d’une nouvelle constitution.

Les membres du FNDC voient en cette démarche une trahison. Ces partis politiques réitèrent leur appartenance au FNDC et comptent œuvrer pour le respect de la Constitution.

« Nous réitérons toujours appartenir au FNDC. Nous ne sommes pas partis pour affaiblir le FNDC et nous sommes dans les rangs des objectifs du FNDC parlant seulement de la constitution. Mais à ce qui concerne les  questions liées à l’organisation des élections, le PM nous a ramené vers la CENI parce que c’est la CENI qui est chargé d’organiser les élections en République de Guinée. Donc on doit dans les jours adressé une lettre à la CENI pour venir les demander est ce que les recommandations issues de l’audit du fichier sont réglés.  Une fois que nous sommes rassurés, rien ne peut nous empêchés de participer aux élections », a déclaré Dr Ibrahima Sory Diallo du ADC-BOC (Alternance Démocratique pour le Changement-Bloc de l’Opposition Constructive).

Poursuivant, ces opposants indiquent qu’ils n’ont compte à rendre à personne au sein du Front National pour la Défense de la Constitution.

«  Dans le Front National, nous avons dit notre dénominateur commun, c’est de s’opposer à une modification de la constitution. Donc on n’avait pas du tout de compte à rendre au Front s’il s’agit des questions politiques parce que c’était interdit d’en discuter au niveau du Front », souligne Dr Ibrahima Sory Diallo.

Pour l’instant, ces opposants sont considérés au sein du FNDC comme des traitres. Aucune décision n’a été rendue publique concernant leur radiation ou suspension au sein du FNDC.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos