En ligne (connectés) : 0 24

Ibrahima Kébé se prononce sur le 3e mandat : « un troisième mandat n'est pas une bonne chose pour la Guinée »

Kebe-1

Après plusieurs années loin de son pays, Ibrahima Kébé conseiller au ministère de la coopération et de la sécurité routière chargé des affaires internationales pour le gouvernement Bruxellois observe de loin la situation sociopolitique de la Guinée depuis l'autre côté du continent.

De passage en Guinée, Ibrahima Kébé a accordé une interview à notre site www.224infos.org. Ce chargé des relations internationales au compte du gouvernement Bruxellois est revenu sur la situation sociopolitique très pénible que traverse la Guinée. Crise liée à la mise en place d'une noivelle constitution et l'organisation des élections législatives mais aussi la grève du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée.

Pour lui, les dix dernières années de la Guinée n’ont été que des années de crise en crise. Une situation qui, selon lui, ne peut favoriser le développement d'une nation.

« Personne ne peut contester que depuis l’évènement du président Alpha Condé au pouvoir, le pays traverse une crise. Et du côté du gouvernement, ils évoquent cela comme un empêchement de travailler et ces crises ne sont pas seulement politiques nous avons connu aussi des crises sanitaires Ebola est passé par là. Mais nous avons surtout assisté à des crises politiques répétitives qui n'ont pas facilité certaines politiques et comme je suis observateur en dehors du pays je peux témoigner que la Guinée a toujours été citée comme un pays qui n'est pas stable et les investisseurs sont toujours réticents si vous n’avez pas une stabilité dans le pays », a fait comprendre Mr Kébé.

Kebe-2

Dans notre entretien, l'homme est revenu sur le système éducatif guinéen, dans ses explications il ressort que le régime actuel a échoué dans son plan de redressement du système éducatif guinéen.

« A l’avènement du Pr Alpha Condé au pouvoir on s’attendait à ce que certaines reformes puissent être mené jusqu’au bout.  Je prends l’enseignement et ça c'est primordial mais ici par exemple je peux dire que la privatisation de l’enseignement c'est fait au détriment de la qualité. Vous avez vu aujourd’hui les opérateurs économiques ont préféré investir dans l’enseignement parce que ça rapporte gros. Mais le contrôle de qualité qui devait être une prorogative de l'Etat. Et l’Etat ne donne pas assez de moyens à ces contrôles la pour que la privatisation va de pair avec la qualité », a-t-il dénoncé.

S’agissant de la situation sociopolitique de la Guinée, Ibrahima Kébé rassure que l’alternance démocratique est le facteur primordial dans un pays démocratique.

« Le combat politique tant que ça se passe dans la légalité sera toujours légitime. S’opposer à un troisième mandat c’est le droit à tout un chacun pour dire qu'il faut une alternance démocratique dans ce pays. Et un troisième mandat n'est pas une bonne chose pour la Guinée », a laissé entendre Ibrahima Kébé.

Mamadou Samba Barry, pour 224infos.org

A propos de l'auteur :

224infos