En ligne (connectés) : 0 47

Un Guinéen, Sidiki, demandeur d’asile, a arrêté le braqueur d’une bijouterie lilloise (en France)

sidiki-hero-qui-arrete-un-braqueur

L’auteur présumé de la tentative de hold-up d’Histoire d’Or, lundi rue de Béthune, a été interpellé par deux courageux passants. Parmi ceux-ci figure Sidiki Camara, un Guinéen de 19 ans. En situation irrégulière, il est sous le coup d’une expulsion de la France, où il veut rester.

Voici les témoignages recueillis par la Voix du Nord, une presse locale :

« Je n’ai pas eu peur, j’étais décidé.»

Sidiki Camara n’a pas hésité face au danger. Lundi, vers 17 h 15, le Guinéen de 19 ans, demandeur d’asile en situation irrégulière, marche rue de Béthune. Soudain, il voit un homme sortir de la bijouterie Histoire d’Or, en face de l’UGC.

«  Il portait un masque et de grosses lunettes de ski, explique-t-il. Et il avait un pistolet qu’il a mis dans son pantalon. »

Sidiki comprend qu’il vient de commettre un braquage, raté, dans le commerce.

Dans la rue, les promeneurs paniquent.

«  Les gens couraient en criant «il a une arme !»

Sidiki, lui, reste calme.

«  Un autre passant le suivait. Je lui ai dit qu’on devait le rattraper. Il fallait faire quelque chose. »

Les deux courageux jeunes hommes filent le braqueur.

«  Il marchait rapidement. À un moment, j e me suis dit que c’était le moment de lui tomber dessus. Je lui ai mis un coup de pied dans les jambes, qui l’a fait tomber (à côté de Décathlon rue des Tanneurs). On l’a maintenu, pendant que je récupérais l’arme  ».

Celle-ci s’avère factice. Des témoins, dont un vigile et des commerçants, arrivent à leur tour.

«  D’autres personnes ont commencé à frapper l’individu. Je leur ai dit d’arrêter, que c’était à la police d’intervenir. »

sidiki-hreo-lille

Les forces de l’ordre débarquent et procèdent à l’interpellation.

Singulier destin pour Sidiki. Hébergé en foyer à Dunkerque, il était venu lundi à Lille pour récupérer un document à l’OFII (office français de l’immigration et de l’intégration). Il devait ensuite se rendre Porte des Postes.

« Je n’avais pas pris le métro car je n’avais pas d’argent et que je ne voulais pas frauder. »

C’est donc à pied qu’il s’est retrouvé rue de Béthune.

Pourtant, il a failli ne jamais passer par là. Début octobre, il avait été placé en centre de rétention à Lesquin. Il devait être expulsé vers l’Espagne, en vertu du règlement de Dublin : c’est par ce pays qu’il est arrivé en Europe au printemps, et où il est donc censé demander l’asile. Sidiki avait été relâché par un juge ayant pointé «  l’irrégularité  » de sa rétention, tout en lui rappelant «  l’obligation de quitter le territoire français  ».

Mais le jeune homme ne souhaite pas partir. Actuellement, indique-t-il, il suit des études de couvreur dans un lycée professionnel dunkerquois.

« Je veux suivre une formation et trouver du travail. Je peux facilement m’intégrer. Je parle français, j’aime la France. »

Son geste de bravoure, salué sur Twitter par la police, lui donnera-t-il un coup de pouce dans ses démarches ?

sidiki-arrete-braqueur-msg-police

// Avec La Voix du Nord


A propos de l'auteur :

224infos