En ligne (connectés) : 0 15

Retard dans le paiement de la subvention aux médias : vers la fermeture de la maison de la presse

subvention-maison-de-la-presse

Les associations professionnelles des medias étaient devant les journalistes ce mercredi, 26 décembre 2018 à la maison de la presse de Coléyah. Le retard dans le paiement de la subvention accordée au medias pour l’année 2018 était au centre de la rencontre.

Une situation qui reste très préoccupante pour ces acteurs du monde de la presse (AGUIPEL, AGEPI, URTELGUI...)

C’est une situation qui ne reste pas sans conséquence. La maison de la presse de Guinée est la principale victime du retard dans le paiement de la subvention accordée aux medias.

La maison de la  presse en tout cas s’est qu’a même laissé entendre à travers Amadou Tam Camara le président de l’association guinéenne de la presse en Ligne

« La subvention annuelle accordée aux medias privés n’est pas payé au titre de l’année 2018. Cela a d’énorme conséquence notamment sur la maison de la presse. Parce que la maison de la, presse en elle-même ne peut pas couvrir ses charges c’est-à-dire que les conférences qui se font ne génèrent pas de revenus suffisantes pour couvrir les charges mensuelles. Les revenus ici tournent au tour de 15 millions par mois en moyenne. Et rien que le loyer est de 20 millions. Alors le reste était supporter à la création de la maison de la presse par l’ambassade de France, après trois ans la France a passé le relais à l’union européenne. Aujourd’hui les dettes cumulées tournent autour de 212 millions de francs guinéens. Donc, quand on est dans cette phase là qu’est ce qu’il faut faire ? Pendant ce temps, la subvention est bloquée et les dettes ne font que s’amonceler », a déclaré le président de l’AGUIPEL.

maison-de-la-presse-siege

Poursuivant, le président de l’association guinéenne de la presse en ligne soutien que si rien n’est fait dans les jours et mois à venir, la maison de la presse risque de fermer pour faute de non-paiement

« Si rien n’est fait, on sera obligé de fermer. C’est le constat. Nous avons mené toutes les démarches possibles, nous avons rencontré toutes les autorités, nous avons associé toutes les autorités à la démarche mais nous ne savons pas pourquoi on refuse de payer cette subvention qui est budgétisé, qui a été voté à l’assemblée nationale, qui a été engagé dans les délais requis avant la fermeture des chaines des dépenses, qui a été contrôlé et liquidé, qui est passé au trésor mais se trouve dans le bureau du ministre de l’économie et des finances depuis deux mois et demi ça est sur son bureau et il refuse de signer. Pendant ce temps, les dettes se cumulent », indique Amadou Tam Camara.

Cette subvention qui s’élevait à environ 5 milliards de francs guinéens a été rabotée jusqu’à environ 3 milliards de francs guinéens. Selon le président de l’URTELGUI Sannou Kerfella Cissé

« la subvention accordée aux medias en Guinée est la plus petite par rapport au pays de la sous-région ouest africaine ».

Il faut signaler que nombreux sont les journalistes qui voient en cette situation une manière de museler la presse.

En tout cas, si rien n’est fait pour le paiement de cette subvention des actions seront entreprises afin que cette manne financière soit versée à la presse, car cela est prévu dans la loi organique régissant le fonctionnement des medias.

N’Famoussa Siby 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos