En ligne (connectés) : 0 22

AG RPG arc en ciel : La presse au centre des débats au parti au pouvoir

Komara

Au siège du parti au pouvoir ce Samedi, 24 aout 2019, lors de l’assemblée générale du parti, une parenthèse spéciale a été ouverte par les responsables du parti sur la situation de la presse en Guinée. Bantama Sow et Lansana Komara respectivement ministre des sports et ministre de l’enseignement technique ont mis leurs temps de micro pour fustiger le comportement de certains hommes de médias.

Les responsables du parti au pouvoir tirent  sur la presse. Le ministre de l’enseignement technique Lansana Komara a dénoncé certains comportements des hommes du micro. Pour lui, d’autres font tout pour faire disparaitre le RPG arc en ciel sur l’échiquier politique.

« Quand certains journalistes parlent ou écrivent, on sent automatiquement leur appartenance. Ils sont prêts à faire la diversion pour prouver que le RPG n’existe plus ou qu’il n’est plus présent sur l’échiquier politique. Mais dès que tu t’attaques à eux, ils se cachent derrière le manteau du journaliste pour dire qu’ils sont inattaquables », dit-il.

Son collègue des sports et de la culture, Sanoussy Bantama Sow de renchérir  en ces termes :

« Quand quelqu’un fait un reportage, nous connaissons tout de suite quelle est sa position. Conakry est très petite et nous connaissons qui est qui et qui fait quoi. Des gens qui t’insultent après ils viennent prendre tes pieds dans ton bureau pour demander un million de francs guinéens. Un moment arrivera nous allons les citer », souligne Bantama Sow.

Bantama-sow

Poursuivant, le ministre de la culture, Sanoussy Bantama Sow déclare

« A cause de la CAN, comme ils n’ont pas eu de place, ils disent que Bantama Sow a volé des millions. Le problème de certaines presses, c’est qu’elles veulent que tu leur donne aujourd’hui quelque chose, demain la même chose. Tu les rends service aujourd’hui et demain aussi, après demain si tu es empêché, ils te vilipendent. C‘est du chantage et cela ne passe pas chez moi », indique-t-il.

Il faut noter que depuis quelques temps, les journalistes de la presse privée guinéenne font l’objet de poursuites judicaires en république de Guinée tout en ignorant la loi sur la liberté de la presse.

N’Famoussa Siby


A propos de l'auteur :

224infos