En ligne (connectés) : 0 38

L’UNAMGU apporte son soutien aux nouvelles autorités du pays

UNAMGUI2Ce vendredi 24 septembre 2021, l’Union Nationale des Artistes et Musiciens de Guinée (UNAMGUI) a tenu une conférence de presse à Conakry. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, ces amoureux de la culture ont affirmé leur soutien au Lieutenant-Colonel Mamady Doumbouya et toute son équipe.

Déterminée à soutenir les nouvelles autorités du pays, l’UNAMGUI déclare qu’à l’instar des autres secteurs de développement de la nation, elle

« prend acte et s’engage dans la logique d’une dynamique d’accompagnement et la refondation de notre nation comme ils l’ont dit dans leur déclaration. La Guinée a besoin de refondation. Aucun pays ne serait-ce se développer au monde sans se référer à sa culture.  Parce que la culture est l’ensemble des acquis matériels et immatériels d’une société donnée à une époque donnée. Un peuple sans culture est un peuple qui ne  vit pas, qui est sans âme.», a affirmé le secrétaire général, Bangaly Camara.

Avec pour objectif de réunir toutes les composantes de la culture afin de lutter ensemble et que les artistes guinéens aient une meilleure vie comme ceux des autres pays, Bangaly Camara ne manque de demander ses pairs de parler le même langage.

« Nous les artistes de la nouvelle génération, c’est maintenant ou jamais. A nous de réorganiser la culture guinéenne. A nous de mettre en place et sur le hitparade du monde la culture guinéenne. Cela ne se fait pas si nous ne nous unissons pas et se donner la main. Parce que depuis tout ce temps, il n’y a personne pour nous réunir et pour nous accompagner.»

Dans son allocution, il a sollicité la présence des artistes dans les instances de prise de décision liées à la culture.

« Nous interpelons aussi que désormais la représentativité des artistes parmi les instances de décision culturelle au niveau de l’Etat que les artistes pratiquants soient de la partie que ce soit le gouvernement, l’assemblée nationale et dans les ambassades comme les attachés culturels. C’est des gens qu’on emmène qui ne sont pas de la culture et qui ne sont pas des artistes. Désormais que les artistes parlent à leur propre nom, qu’on ait plus de représentant qui ignore nos réalités et qui parlent à notre nom devant l’Etat.», a-t-il affirmé.

Pour terminer, le secrétaire général a au nom de ses pairs interpelé la C.E.D.E.A.O et l’Union Africaine de donner du temps au CNRD afin de bien travailler.

« le CNRD a eu l’amabilité de faire participer tous les secteurs de développement au dialogue. Par rapport à tous ces secteurs donnés, les problèmes qui sont évoqués, est-ce qu’on peut résoudre tout ça en six mois ? Je dirai non ! Nous interpelons l’opinion nationale et internationale de laisser le temps nécessaire au CNRD pour la reformation de notre démocratie adaptée à nos réalités pour ne pas qu’il y ait des recommencements perpétuels. Parce qu’il n’y a pas de chemin universel pour la démocratie. Chaque pays à sa démocratie spécifique.», a-t-il déclaré.

Aboubacar Bangoura

 

 

 


A propos de l'auteur :

224infos