En ligne (connectés) : 0 33

Etats généraux de l’éducation : «Il y a plus d’université privée à Conakry qu’a Manhattan» Sékou Koureissy Condé

sekou-koureissy-conde

Le président du parti ARENA et député à l’assemblée nationale était chez nos confrères de FIM Fm ce mercredi 12 mai 2021 dans leur émission débat  ‘’MIRADOR’’.

L’honorable député et président de la commission éducation à l’assemblée nationale dans sa communication est revenu de long en large sur les maux qui assaillent le système éducatif guinéen.

Sékou Koureissy Condé dit ne pas comprendre qu’a Conakry seulement on dénombre une trentaine d’universités privées sans un programme adapté au système éducatif en vigueur

«Je vais vous dire que ce que je vois la actuellement en Guinée même en 15 ans on ne pourra pas relever le système éducatif guinéen. La domination, l’influence, la super présence du privée sur le public n’est pas un bon indicateur. Il y a plus d’université privée à Conakry qu’a Manhattan à New York ce n’est pas normale et les programmes  ne sont pas interconnectés c'est-à-dire que on ne sait pas exactement  ce qu’on  enseigne à Ratoma  si ce même programme est enseigné  à Coyah à coté. Encore une fois, la situation qui se présente  devant nous est préoccupante et c’est préoccupant pour le gouvernement, c’est préoccupant pour l’assemblée nationale et c’est préoccupant pour les parents d’élèves, pour les syndicats et pour les citoyens » a fait comprendre le député

Pour Sékou Koureissy Condé, il faut des maintenant passé par les états généraux de l’éducation afin de diagnostiquer le vrai mal de l’éducation

« Donc une raison pour que les états généraux ne soient pas confisqués par le gouvernement il faut que les états généraux  soient organiser par l’assemblée nationale en tout cas coordonner par l’assemblée nationale ou que l’assemblée nationale soit partie prenante parce que l’histoire des états généraux commence par l’assemblée nationale» a déclaré le président du parti ARENA

Par la suite il a invité le président de la République à faciliter cette rencontre des états généraux qui pour lui devront être garanti par l’assemblée nationale

« Il faut que le président de la République autorise les citoyens d’une manière générale et nous nous commençons déjà  a recevoir les différentes organisations des écoles privées, les organisations et les  cadres des écoles publiques donc cette sorte de sondage de mise en route d’entrainement avant le feu vert du président de la République pour que nous ne revendiquons pas l’héritage en la matière ou la décision en la matière mais nous voulons suivre et accompagner » a fait comprendre le président de la commission éducation de l’assemblée nationale

Mamadou Samba Barry


A propos de l'auteur :

224infos