En ligne (connectés) : 0 21

Cadre de dialogue : « Si au départ c'était pour rouler les gens, je crois que le CNRD maintenant se rend compte de la nécessité du dialogue (…) » (Jacques Gbonimi)

gbonimi-cadre-dialogue

Après l'échec du cadre de concertation récemment mis en place par le CNRD, le président de la transition colonel Mamadi Doumbouya vient de créer par décret un cadre de dialogue inclusif pour mettre fin au bras de fer qui existe entre le CNRD et des acteurs sociopolitiques. Ce cadre de dialogue sera conduit par le premier ministre chef du gouvernement et les facilitateurs nationaux. Le Président de l'Union pour le progrès de la Guinée pense que c'est un grand pas vers la décrispation du climat sociopolitique en Guinée.

« L'essentiel d'abord c'est la création du cadre de dialogue parce que ça été plusieurs fois réclamé et aujourd'hui nous nous retrouvons avec un cadre de dialogue même si ce n’est pas encore meublé mais c'est déjà un grand pas et ça donne de l'espoir parce que le guinéen a besoin aujourd'hui d'être rassuré dans le cadre de cette transition il n'y a pas de mouvance il n'y a pas d'opposition. Donc il s'agit de voir quelles sont les différentes alliances qui peuvent être représentées » a-t-il affirmé.

Pour participer à ce nouveau cadre de dialogue, l'UFDG par exemple pose comme Préalable la libération des prisonniers politiques, et le retour des exilés dans le pays. Jacques Gbonimi lui, souhaite que ces préalables soient  mis sur la table de négociation.

« Les préalables vont se régler quand on va se retrouver dans la salle, il y'a toujours des préalables par rapport à un dialogue. Parce que les discussions préliminaires et même une concertation préalable doit engager les acteurs à participer ou à ne pas participer, c'est pourquoi il faut des hommes d'expérience, des hommes intègres pour déjà prendre leur bâton de pèlerin pour aller voir partout où il y'a des blocages, essayer de lever ça avant d'appeler les premières séances du dialogue » s'est-il exprimé.

Si certains pensent que la mise en place de ce cadre de dialogue inclusif par le président de la transition vise à éviter des sanctions contre la Guinée lors du  sommet des nations unies, Jacques Gbonimi lui, voit les choses autrement.

« Si au départ c'était pour rouler les gens, je crois que le CNRD maintenant, se rend compte de la nécessité du dialogue. Donc, je crois qu'il faut accorder ce crédit au CNRD et comprendre que d'abord la prise d'un décret n'est pas une petite chose » a-t-il conclu.

Le président de l'Union pour le progrès de la Guinée croit à la réussite de ce nouveau cadre de dialogue mais à condition que le premier ministre Bernard Goumou ait les mains libres pour conduire l'équipe du cadre de dialogue.

 

Simon Pierre Lamou pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos