En ligne (connectés) : 0 23

Arrestation du journaliste Amadou Diouldé Diallo : «la Guinée risque de perdre quelques places» Moussa Iboun Conté

moussa-iboun-conte

Cela fait 39 jours que le journaliste Amadou Djoulde Diallo est incarcéré à la prison civile de Conakry. On l'accuse d’offense au président Alpha Condé et d'atteinte à la sûreté de l'Etat. Depuis cette arrestation des jeunes journalistes réunis au sein d’un collectif se sont levés pour exiger la libération du chroniqueur sportif pendant que les associations de presse ont dû mal à se bouger.

Une situation que déplore cet activiste

«je regrette cette situation de fait qu’un journaliste soit en prison au moment où l’ONG français de droit français qu’on appelle reporter sans frontieres est en train d’établir l’état de la liberté de la presse dans le monde et cela va nous couter quelques places parce que ceux qui sont en charge du secteur ils leur manquent du courage parce que ce qu’on reproche à Amadou Diouldé Diallo est un délit commit dans la presse et je crois que c’est la loi sur la liberté de la presse qui doit s’appliquer » a t-il indiqué

Pendant que le doyen Amadou Dioulde Diallo, Continu de croupir en prison, tout apparaît que le malheur du journaliste est loin de connaitre son épilogue compte tenu de l’inaction des patrons et associations de presse nous fait savoir l'ancien président de l’AGEPI

« Mais ce qu’il faut déplorer c’est le silence du ministère de l’information et de la communication, c’est le silence de la HAC et c’est le silence des associations de la presse. Il y a une confusion générale et tout le monde pense que c’est que le juge fait il a raison parce que si on se tait et on ne fait pas comprendre aux autres qu’il est entrain de faire un excès de pouvoir lui il va penser qu’il est dans le droit » avertit Moussa Iboun Conté

Le respect de La loi sur la liberté de la presse devrait être normalement le cheval de bataille dans cette lutte pour exiger le respect de la profession de journaliste indique Moussa Iboun Conté

« Il y a un danger et tant qu’il n’y aura pas des textes d’applications de la loi sur la liberté de la presse le juge va interpréter la loi à sa guise » a-t-il conclut

Mamadou Samba Barry


A propos de l'auteur :

224infos