En ligne (connectés) : 0 92

Guinée: Ce mardi 23 mai 2023 déclaré journée sans presse contre le gouvernement (déclaration)

conf-presse-boycott-gouvgn

A travers un point de presse tenu à la maison de la presse ce lundi 22 mai 2023 à Conakry, l’associations des professionnels de la presse ont annoncé une journée sans presse et plusieurs autres décisions à la minière. La démarche vise à protester contre la volonté des putschistes à museler les médias guinéens dans l’exercice de leur profession.

«Déclaration des organisations professionnelles et du syndicat de la presseSuite au démantèlement par effraction des émetteurs du Groupe de presse AfricVision, au brouillage des ondes des radios FIM FM et Djoma FM, la restriction des sites d’informations guinéens et des réseaux sociaux, et en réaction aux menaces proférées contre la presse par le ministre porte-parole du gouvernement, Ousmane Gaoual Diallo, les organisations professionnelles de la presse ont décidé ce jour des actions suivantes :

1- Déclarer à partir de ce lundi 22 mai 2023, le ministre Ousmane Gaoual Diallo, ministre des postes et télécommunications, porte-parole du Gouvernement ennemi de la presse Guinéenne ;

2- le Boycott à partir de ce jour de toutes les activités du gouvernement et les autres organes de la Transition jusqu’à la levée de toutes les restrictions ;

3- Une Journée sans presse le mardi 23 mai 2023 ( de 5h à 00h) ;

4- le Boycott de la Semaine Nationale des Métiers de l’Information et de la Communication (SENAMIC) ;

5- Informer et interpeller les Ambassades, la communauté internationale, les organisations de défense des droits de l’Homme et la HAC sur les menaces qui pèsent sur la presse guinéenne ;

6- Une marche de protestation le jeudi 1er juin 2023 sur toute l’étendue du territoire national» a déclaré Ibrahima Sory Traoré au nom des hommes du média avant de renchérir que:

«Les organisations professionnelles se réservent le droit d’entreprendre des actions plus vigoureuses si le Gouvernement ne restitue pas immédiatement les émetteurs d’AfricVision, ne cesse pas le brouillage des ondes et ne débloque pas les sites et les réseaux sociaux.

Ces actions seront, entre autres :

– D’organiser des synergies des médias sur la situation de la presse
– De suspendre la participation de la presse au sein du conseil d’administration du FADEM (Fonds d’Appui au Développement des Médias), de la HAC et du CNT». Ont t’ils projeté.

Mariame Cisse pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos