En ligne (connectés) : 0 28

Opinion : « Renier ses origines, nouveau fléau dont l’Afrique est victime » (par Moussa Tatakourou Diawara)

moussa-tatakourou-diawara

Bonjour chers frères et sœurs,

Je me nomme M. Moussa Tatakourou Diawara.

« Tatakourou est le nom du village de mes deux géniteurs dans la préfecture de Siguiri region Kankan ».

Je veux donner mon point de vue sur un fait qui fait débats sur la toile actuellement entre Ivoiriens et Burkinabés . 

D'entrée, je rappelle à tous que je suis né à Abidjan; d'un père Guinéen et d'une mère Guinéo-Ivoirienne de par sa mère qui est Baoulé et de son père qui est guinéen.

Je ne le sais pas sincèrement mais je suis déçu et très déçu d'ailleurs de la plus part des Guinéens, Maliens, et Burkinabés dont les parents ont immigrés dans ce pays de la sous région et qui n'assument jamais en public leur appartenance d'origine ou celle de leurs parents .

Pour la petite histoire, moi j'ai regagné le pays d'origine de mes parents à l'âge de 6 ans et je ne suis revenu en C.I. qu'à 25 ans pour revoir ma tendre mère.

Mais pendant mon séjour,  j'ai rencontré beaucoup de neveux et de nièces qui ne parlaient jamais de la Guinée comme étant leur pays d'origine par ce que simplement ils sont nés en Côte d'ivoire. Pour eux, cela sous entendrait devant leurs amis qu'ils ne sont pas Ivoiriens de souche.

Cependant, la sagesse Africaine nous enseigne ceci: « Aliénation=Yèdèlön Baliya ». Dès lors , cette interrogation se pose : En quoi dire que ses parents sont Guinéens d'origine pourrait être une source de stigmatisation aux yeux des autres si réellement vous-même vous assumez avec fierté être Guinéen ou Malien d'origine ?

Personne ; je dis bien personne ne peut ou pourra remettre en cause l'authenticité de ma nationalité Ivoirienne prétextant que j'ai des parents d'origine Guinéenne.

Et ce fléau d'infériorité de nationalité touche essentiellement les Malinkés de la Guinée, les Bambaras du Mali et le Dioula du Burkina qui se confondent à leurs cousins Dioulas de la Côte d'ivoire en dissimulant leur origine.

J'ai vu une situation honteuse d'une parlementaire Ivoirienne dans tous ses états contre une autre qui aurait traité madame Kandia Camara de Guinéenne d'origine, une vidéo qui était virale sur les réseaux avec une bassesse sans précédent accompagnée par des grossièretés d'une autre époque indigne d'une mère de famille surtout une personnalité publique.

Si j'avais la possibilité de rencontrer cette députée insolente ; je l'aurais simplement demander de dire à Obama qu'il est Kenyan et il va juste répondre « Yes sister Iam black African from Kenya ».

De passage , je remercie le sieur Sidiki Konaté, ex ministre qui n'a jamais caché un seul instant qu'il est d'origine Guinéenne.

Restez dans vos complexes là-bas et n'assumez jamais que vous êtes Guinéens ,Maliens, ou Burkinabés d'origines, en vous confondant à nos cousins Dioulas Ivoiriens.

Ce dicton est plus qu'une désintéressée affirmation ; c'est une vérité crue :

« Le séjour d'un tronc d'arbre dans l'eau ne le transformera jamais en crocodile». Cachez aux autres ce que nous sommes ne fera jamais de nous ce que sont les autres.

Moussa Tatakourou Diawara depuis Paris.


A propos de l'auteur :

224infos