En ligne (connectés) : 0 23

Convocation du corps électoral : « le président de la République est dans son droit de valider ou d’invalider », honorable Damaro

Honorable-Damaro-RPG

Le président de la république Pr Alpha Condé a, dans un décret pris dans la soirée de ce Lundi, 11 novembre 2019 convoqué le corps électoral pour les élections législatives prévues pour se tenir le 16 février 2020. Une décision qui fait grincer les dents dans la cité au sein de la classe politique guinéenne. Honorable Amadou  Damaro Camara député RPG arc en ciel (Parti au pouvoir) soutient que le président Alpha Condé est dans son rôle de convoquer le corps électoral s’il estime que tout est mis en place par la commission électorale nationale indépendante (CENI).

C’est désormais officiel les guinéens iront aux ures pour renouveler le parlement. Le président de la République Pr Alpha Condé a pris un décret convoquant le corps électoral pour les législatives du 16 février 2020. Une décision qui commence à créer des grincements de dents au sein de la classe politique guinéenne (opposition et mouvance). Certains acteurs de l’opposition  estiment que le président est allé vite  en besogne en prenant ce décret. Honorable Amadou Damaro Camara voit tout autrement. Pour lui, le chef de l’Etat est dans son rôle de prendre ce décret s’il est convaincu que la CENI est prête.

« Il ya une institution composée paritairement qui est en charge de l’organisation des élections en Guinée. Elle nous a proposé une première date qui avait été contestée par un certains nombres de commissaires  et puis une deuxième date qui avait été approuvée par seize (16) commissaires sur 17 et je crois que le président de la République est dans son droit de valider ou d’invalider. S’il a validé, cette fois si, c’est que techniquement,  avec les explications données dans son allocution par le président de la CENI, certainement c’est à cause de ça que le président a validé la date », a déclaré Damaro chez  les grandes gueules.

Les yeux sont désormais rivés dans le camp de l’opposition guinéenne qui doit réagir  suite à ce décret du président Alpha Condé.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos