En ligne (connectés) : 0 50

Violences en Guinée : des femmes issues des partis politiques demandent justice pour toutes les victimes

CCFPPG

Les violences enregistrées en Guinée lors des manifestations politiques inquiètent de nombreux acteurs sociopolitiques du pays. C’est le cas notamment du Cadre de Concertation des Filles/Femmes des Partis Politiques de Guinée (CCFPPG), de monter au créneau  à travers un point de presse animé à la maison de la presse située à Kipé Dadia dans la commune de Ratoma ce lundi, 3 janvier, pour dénoncer les violences dont font l’objet les femmes et les jeunes lors des manifestations politiques.

C’est l’utilisation de dame Fatoumata Bah comme bouclier humain à Wanindara en haute banlieue de Conakry qui a mis l’huile sur le feu au sein du Cadre de Concertation des Filles/Femmes des Partis Politiques de Guinée (CCFPPG).

Cette structure composée des femmes des partis politiques de Guinée (Mouvance et opposition) exhorte le gouvernement guinéen à prendre toutes les dispositions nécessaires afin que les auteurs des violences soient traduits devant la justice.

« Afin que les événements tragiques auxquels nous assistons ces derniers temps dans notre pays, notamment la violence faite aux femmes par les forces de sécurité, les tueries de manifestants et la destruction des biens publics et privés cessent immédiatement. Le CCFPPG exhorte le gouvernement à prendre toutes les dispositions afin que des enquêtes indépendantes soient faites pour identifier, arrêter et traduire en justice pour être jugés à la hauteur de leur forfaiture, les auteurs et instigateurs des crimes commis lors des différentes manifestations, ce, conformément aux lois de la République »,  indique la porte parole des femmes.

Plus loin, cette structure regroupant  des femmes des partis politiques en Guinée (Mouvance et opposition), invite le gouvernement guinéen à jouer pleinement son rôle en garantissant les libertés individuelles.

Elle demande, par ailleurs, justice pour toutes les victimes des manifestations politiques en Guinée et promet de poursuivre le combat jusqu'à l’atteinte de ses objectifs.

« Le CCFFPPG demande à l’Etat de jouer davantage son rôle de garant des libertés individuelles et collectives, et de la justice sociale au bénéfice de tous les citoyens…Le CCFPPG demande justice pour toutes les victimes et réitère un engagement ferme de poursuivre le combat pour l’atteinte d’une justice pour tous et de la quiétude sociale », souligne la porte parole.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos