En ligne (connectés) : 0 18

Dissolution du FNDC : « le FNDC ne peut pas utiliser la loi pour attaquer l'acte administratif pourquoi ? Dans la mesure où le FNDC n'a pas une exigence juridique » selon le président du ADC BOC Ibrahime Sory Diallo

Président du ADC BOC Ibrahime Sory Diallo

La dissolution du FNDC faite par le ministre de l'administration du territoire et de la décentralisation fait réagir beaucoup d'acteurs politiques. Le président  du parti ADC-BOC pense que cette décision de Mory Condé est inattaquable devant la justice Ibrahima Sory Diallo invite les membres du FNDC à se soumettre à cette nouvelle décision des autorités de la transition pour le calme et la sérénité dans le pays.

C'est à travers un communiqué rendu public lundi soir que le ministre de l'administration du territoire et de la décentralisation a annoncé la dissolution du front national pour la défense de la constitution.

Cette décision des autorités est diversement appréciée par les acteurs politiques

« si ils ne reconnaissent pas, ils seront en porte-à-faux avec la loi parceque le ministre a utilisé la loi. Et lorsque quelqu'un utilise la loi pour t'attaquer, tu ne peux pas te soustraire de la loi, tu peux utiliser toi aussi la même loi pour l'attaquer. Mais cependant le FNDC ne peut pas utiliser la loi pour attaquer l'acte administratif pourquoi ? Dans la mesure où le FNDC n'a pas une exigence juridique, c'est ça le hic. Lorsque vous existez par des documents c'est ce que devez prouver devant le juge, mais si le juge vous demande vous n'avez pas de preuves où est votre existence ? Est-ce que vous avez droit de constituer partout où on fait une association de plus de cinq (5) personnes il faut légaliser. Il faut aller informer l'état nous sommes en association. Je ne crois même pas parceque je fais parti des fondateurs du FNDC,  Je ne sais même pas si on avait fait c'est-à-dire l'acte d'information de notre existence. Mais lorsque par exemple c'était un organe qui existait avec les documents,  qui pouvait attaquer avec les documents qui pouvait attaquer la décision administrative.  Le FNDC,  personne ne doit c'est-à-dire se constituer du FNDC sinon c'est une atteinte à l'autoritéde l'état » a laissé entendre Ibrahime Sory Diallo président d'ADC BOC.

Cette annonce de la dissolution du FNDC  intervient au moment où les membres du front ont appelé leurs militants à redescendre dans la rue les 14 et 17 août prochain pour manifester contre ce qu'ils appellent le refus du CNRD à dialoguer avec les forces vives de la nation et la volonté de la junte à s'éterniser au pouvoir.

Le président du parti ADC-BOC invite les membres du front national à se plier à cette décision des autorités pour ne pas aller à l'encontre de la loi

« quand tu organises une première manifestation ça s'est soldée par des violences surtout aller jusqu'à atteindre la vie des gens, soucis-toi d'abord de ça, soucis toi de comment mener des enquêtes. Le mot d'ordre devait être quoi? Si on ne sort pas, c'est-à-dire les commanditaires et les complices de cette tuerie on va manifester. Sans parler de chronogramme de la transition et autres, parceque vous ne souciez pas de ceux qui sont morts, cependant ils sont morts à travers votre appel a la manifestation. Il faut qu'on cherche à élucider ça. Le FNDC il y a des acteurs qui ont été arrêtés, il ya certains qui sont en cavale et d'autres sont entrain de se promener dans Conakry et d'autres sont déjà au niveau des tombes. Est-ce qu'on va encore appeler à une autre manifestation, c'est de se foutre de la mémoire de ceux qui sont tombés. C'est la pagaille tu veux organiser parceque tu ne peux pas marcher dans la mesure où l'armée a été réquisitionnée » a affirmé le président du ADC BOC Ibrahime Sory Diallo.

Il reste désormais à savoir si le FNDC va t-il se plier à cette décision du ministre Mory Condé en revenant sur ses mots d'ordre de marche pacifique programmés dans les jours à venir pour le calme et la sérénité dans le pays ?

Attendons de voir...

Habibatou Binta Diallo pour 224 infos.org


A propos de l'auteur :

224infos