En ligne (connectés) : 0 43

Sanction de la CEDEAO contre la Guinée : Kéamou Bogola qualifie l'acte de déception et accuse l'ancien président Alpha Condé, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo, d'être en complicité avec les responsables de la CEDEAO

bogola

Le Mali, le Burkina Faso et la Guinée ont dépêché une délégation à Addis Abeba, dans la capitale éthiopienne, le Week-end dernier pour plaider la levée de leurs sanctions qui perdurent depuis plusieurs mois. Mais cette initiative semble ne pas porter fruit, car les responsables de la CEDEAO ont décidé de maintenir leurs sanctions, d'ailleurs ils interdisent la junte au pouvoir dans ces pays de voyager.

Interrogé sur cette actualité, le coordinateur du Front national pour la défense de la transition (FNDT), estime que cette nouvelle décision de la CEDEAO est une déception, et pointe un doigt accusateur à l'ancien président déchu Alpha Condé,  d'être derrière ces actes.

La délégation conjointe des trois pays de l’Afrique de l'Ouest dirigé par les militaires (Guinée, Mali, Burkina) était se samedi 18 février 2023 au siège de la CEDEAO dans l'espoir d'être réintégré au sein des instances de prise de décision de cette organisation sous régionale. Le plaidoyer de Dr Morissanda Kouyaté et de ses homologues du Burkina et du Mali n’a pas eu de succès.

Selon Kéamou Bogola Haba qui défend les causes de la junte guinéenne, depuis le 05 septembre dernier cette decison de la CEDEAO est un coup dur.

«Je pense que c'est une grande déception, et que les autorités de la CEDEAO devaient plutôt aller vers la levée des sanctions, les conséquences pour nous la Guinée ce n'est pas grand-chose, parce que la Guinée depuis 58 nous sommes pratiquement sous sanctions et cela ne va pas impacter le cours des choses. Mais il était bon plutôt d'encourager les autorités et le message aussi s'adresse à ceux qui ont œuvré pour que les sanctions ne soient pas levées, les manifestations qui ont eu lieu ces jours-ci, en prélude de cette assemblée, c'était pour montrer qu’il y a une crise ici», a-t-il laissé entendre.

Poursuivant son intervention, le coordinateur du front national pour la défense de la transition, a par ailleurs accusé l'ancien président Alpha Condé, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo, d'être en complicité avec les responsables de la CEDEAO.

«Pour un ancien président de la république Alpha Condé qui a ses amis en Afrique qui sont en train de faire un lobby et vous avez 2 anciens premiers ministres qui ne sont pas des moindres,  je veux parler du président Cellou Dalein et Sidya Touré, qui ont aussi des amis. Moi je pense que c'est plutôt un syndicat qui veut defendre leurs amis, moi je ne vois pas vraiment l'objectif dans leur dans leur décision sinon, ils allaient dire à leurs amis de rentrer et de participer au dialogue», a dit cet acteur politique.

Il souligne que la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest doit plutôt penser à aider ces trois pays à renforcer l'union qui consiste à lutter contre le terrorisme que de maintenir ces sanctions:

«Ce qu'ils ont commencé c'est de lutter contre l'insécurité et le terrorisme dans la sous-région. Je crois que c'est ces actes qu'il faut prochainement développer parce que la problématique du retour à l'ordre constitutionnel est due à la sécurité de ces 3 pays mais également des questions de développement.»

En attendant qu'une nouvelle Assemblée se tienne à Addis Abeba, ces trois pays restent sous les sanctions de la CEDEAO.

Sirani Diabaté pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos